AKADEMYS

Louis MENARD est conseil en entreprise.

Agé de 58 ans, il vit depuis plus de 18 ans grâce à Internet.

Il est intervenu auprès de plusieurs centaines d'entreprises, allant de la TPE à la PME de plus de 500 salariés.

Aujourd'hui, il a créé la plateforme Akademys pour partager avec vous ses connaissances, et vous aider à réaliser vos objectifs.

Des systèmes simples et astucieux pour développer votre business.

Des formations-coaching en visio-conférence

pour réussir vos projets internet.

Qui ?

Emmanuel Durand, PDG Snap France, David Sourenian, Directeur des Etudes, Europe du Sud et Clarisse Gratecap, Dirigeante de Snapologie (agence d’activation de marque sur Snapchat, en photo).

Quoi ?

[Article partenaire] Deux webinars, celui de Snapologie ici et de Snapchat, sur comment utiliser Snapchat pendant la période de crise Covid.

Comment ?

Pour commencer, deux astuces :

– Pour égayer vos webinaires ou confcalls, vous pouvez utiliser le logiciel Snap Camera pour rajouter des lenses et vous ajouter des oreilles de chat, ou plus sérieusement le logo de l'entreprise, pour masquer le monceau de linge qui sèche à l'arrière plan de l'image.
– Pour faire des dons à l'OMS,ce lens sur le billet permet de donner à l'Organisation. Une nouvelle manière de payer.

Pourquoi communiquer en temps de crise ?

Tout simplement, parce que le public est au rendez-vous. David Sourenian, rappelle les chiffres Snapchat issus Médiamétrie : 14 M d'utilisateurs actifs quotidiens. L'application Snapchat compte 8,5 M téléchargements, contre 6,6M pour Facebook. Soit 64 % de couverture quotidienne. Les utilisateurs passent une heure par jour sur Snap, contre 53 minutes pour Youtube.

78 % des utilisateurs interrogés pour l'étude en France sont préoccupés par la crise. Pour s'informer, 64 % regardent les news TV, 50 %, les sources gouvernementales, 49 %, les news en ligne. Mais 72 % désireraient quand même avoir davantage d’infos (que faire quand on a les symptômes, comment gérer le stress et l’anxiété, comment étudier de la maison, comment aider les personnes vulnérables).

On note une forte augmentation de l’engagement. +36 % de téléchargement de l'appli. +19 % de taux de swipe. Le temps passé sur les appels a bondi de 50 % en mars, comparé au mois de février, avant la crise. Le public plébiscite le live et les jeux, où l'on rejoint les avatars de ses amis. Le temps passé sur les lens en AR, qui "génèrent de l'émotion" a lui aussi progressé de 25 %.

Le public passe du temps sur la partie news, les show, à droite de l'application (santé, bien être, gamine, sport, sont des rubriques très consultées). A noter : les infos publiées sur Snapchat sont 100 % vérifiées.

Pour Emmanuel Durand, qui dirige Snapchat "la crise accélère les tendances quoi émergeaient déjà. Les entreprises qui capitaliseront sur ce nouvel environnement seront en phase avec le monde d'après."

53 % regardent plus de films en streaming, 32 % font du gaming, 7 %, du shopping en ligne. mais l'essentiel est de rester connecté avec ses proches.

Pour rester sereins, 62 % citent les contacts avec les amis et la famille, 61 % le jeu sur mobile ou console, 55 % les films, 32 % la méditation ou l'exercice physique (la moitié des personnes interroger font du sport pendant la période). Pour rester en contact, tout est bon. Mais l'appel audio reprend du poil de la bête: il est premier des médias alors que les SMS sont devenus la lanterne rouge (à dix point seulement derrière, chaque personne utilise tous les moyens de communication). 81 % sont inquiets pour leurs amis et les familles, 44 % , pour leur propre santé et 51 % ont aidé ou prévoient d’aider des personnes vulnérables. Mais 72 % se réjouit de l'impact positif sur l'environnement.

Côté offre média, la santé tient le haut du pavé. Olivier Levard , le red chef de 17 juin new media a ainsi adapté AlloDocteur, avec Marina Carrère et Michel Cymes, produit par France 5, à Snapchat. "Nous avons eu l'idée vendredi, et la semaine suivante, l'émission live de 1 à 2 minutes, était sur Snapchat. "Nous sommes une entreprise privée, mais nous raisonnons en mode service public. Nous avons mené ce projet à terme avant même de nous demander s'il pouvait être rentable" Elle récolte 1 million de vues en moyenne tous les deux jours. (A VERIFIER PATRICK)

Une enquête lancée auprès des snapchater américains révèle que :
– 61 % d'entre eux utilisent Snapchat pour rester connectés. 64 % d'entre eux utilisent la plateforme davantage qu'avant la crise (où elle était déjà, en France, deuxième plateforme sociale devant Instagram).
Leur sujet de préoccupation ? L'enseignement, pour les 13-17 ans, les 25-34 sont inquiets pour leur argent. L'info sur les finances est davantage recherchée.
Côté achats, les achats de loisir, de sport, de produits pour les animaux ou la maison sont plébiscités. C'est, logiquement, le grand repli sur le foyer. La méditation en ligne se développe.

Que doivent faire les marques ?

Selon une étude de Kantar, les consommateurs attendent des marques qu'elles s'occupent de la santé de leurs collaborateurs, qu'elles aident les hôpitaux. Clarisse Gratecap, qui conseille les marques sur leur communication sur Snapchat explique: "Ce n'est pas le moment de faire la promotion des produits. Il faut montrer l'utilité de la marque, adopter un ton rassurant. Il est primordial d'abandonner tout discours commercial, le call to action. Sauf quand on est Intermarché et qu'on propose la livraison à domicile (+36 % de téléchargement de l'app). Passer du bénéfice produit au bénéfice consommateur, en montrant comment la marque se rend utile. Ce n'est pas difficile de se mettre à la place des autres, car on est tous dans le même bateau"

Que peuvent dire les marques ?

"Elles peuvent remercier leurs consommateurs, le personnel hospitalier. Elles peuvent aussi informer sur la situation de l'entreprise, la façon dont elles traitent leurs salariés, et montrer l'envers du décors. Faire des collectes pour des dons. Ou promouvoir des contenus divertissants pour combattre l'ennui. "Autres options, le contenu pédagogique, l'aide aux parents dans l'enseignement aux enfants, Do It Yourself pour décorer son intérieur, le partage d'informations fiables, la mise en avant des nouveaux modes de connexion, la gamification. La marque peut aussi poser des questions à sa communauté, de type "Comment allez vous ?".

Pour finir, 5 conseils de bon sens :
– Une continuité de ton. "Quand on vouvoyait, il n'est pas question de tutoyer tout le monde du jour au lendemain".
– Rester humain
– Adopter un discours réaliste, sans sur-promesse.
– Etre cohérent : "ne pas se poser en sauveur du monde si sa société pollue".
– Rester sobre. Ne pas crier vos bonnes actions sur les toits. "Snapachat a transformé son labo de Spectacles pour faire des visières médicales. Mais n'en a pas parlé".

L’article Covid : comment tirer partie de Snapchat, et quoi dire ? est apparu en premier sur Petit Web.